Linkedin
Viadeo
Twitter
Linkedin
Viadeo
Twitter

Temps de travail/Aménagement du temps de travail et modification du contrat de travail

Temps de travail/Aménagement du temps de travail et modification du contrat de travail
27 juin 2016 Elisabeth Graëve

La décision unilatérale de l’employeur d’aménager le temps de travail sur 4 semaines au plus ne constitue pas une modification du contrat de travail nécessitant l’accord exprès du salarié (Cass. soc., 11 mai 2016, n°15-10025).

En l’espèce, un employeur met en place, après consultation de la délégation unique du personnel (DUP), une organisation de la durée du travail sous forme de période de 4 semaines.

Un syndicat conteste en justice cette mise en place en raison de l’absence d’accord exprès des salariés.

La Cour d’appel de PARIS fait droit à cette demande et juge que cette organisation conduit à un décompte des heures supplémentaires moins favorable aux salariés, et, qu’à défaut d’accord collectif, la mise en place d’un aménagement du temps de travail sur une période supérieure à une semaine constitue une modification du contrat de travail.

Cette décision est cassée pour violation des dispositions de l’article D. 3122-7-1 du Code du travail :

La Cour de cassation juge que :

« en l’absence d’accord collectif prévu par l’article L. 3122-2 du Code du travail, (issu de la loi n° 2008-789 du 20 août 2008) l’article D. 3122-7-1 du code du travail donne la possibilité à l’employeur d’organiser la durée du travail sous forme de périodes de travail et d’imposer unilatéralement la répartition du travail sur une période n’excédant pas quatre semaines, la cour d’appel a violé les textes susvisés ».

En conséquence :

  • L’employeur peut imposer unilatéralement la répartition du travail sur une période de 4 semaines au plus, en l’absence d’accord collectif
  • Un tel aménagement ne constitue pas une modification du contrat de travail nécessitant un accord des salariés